Voici le portrait du fameux compadrito, qu' Ángel Villoldo (1861-1919), l’un des grands compositeurs de la "vieille garde", présente dans son non moins célèbre tango-milonga "El porteñito", composé en 1903. On peut l'entendre et le voir interpréter lui-même les premières strophes en s’accompagnant à la guitare


 

EL PORTEÑITO                                                   LE P’TIT PORTÈGNE[1]

 

Soy hijo de Buenos Aires,                                Je suis un fils de Buenos Aires

por apodo "El porteñito",                                   j’ai pour surnom "Le p’tit Portègne",

el criollo más compadrito                                  le mec du coin le plus balèze 

que en esta tierra nació.                                   qu’on ait vu naîtr’ sur cette terre.

Cuando un tango en la vigüela                         Quand sur sa guitare vient râcler

rasguea algún compañero                                un bon tango un d’mes copains

no hay nadie en el mundo entero                     dans l’monde entier y’en a pas un

que baile mejor que yo.                                    qui mieux que moi sache danser. 

 

 

No hay ninguno que me iguale                          Y’en a aucun pour m’égaler

para enamorar mujeres,                                     pour venir tomber les nénettes,

puro hablar de pareceres,                                  pur baratin, de la gonflette,

puro filo y nada más.                                          de purs bobards et c’est plié.

Y al hacerle la encarada                                     En lui faisant joli minois

la fileo de cuerpo entero                                     jusqu’au trognon je l’entortille

asegurando el puchero                                       et la marmite je f’rai bouillir

con el vento que dará.                                        avec le fric qu’elle donnera.

 

Soy el terror del malevaje                                   Je suis la terreur des voyous

cuando en un baile me meto,                              lorsque dans un bal j’apparais

porque a ninguno respeto                                    puisque je n’ai aucun respect

de los que hay en la reunión.                               de tous ceux qui sont tout autour.

Y si alguno se retoba                                            Si y’en a un qu’est pas content

y viene haciéndose el guapo                                et qui cherche à fair’ le malin

lo mando de un castañazo                                    moi je lui flanque un sacré pain

a buscar quien lo engrupió.                                  et le renvoie chez sa maman

Cuando el vento ya escasea                                Quand le pognon il n’y’en a plus

le formo un cuento a mi china                               je baratine ma copine

que es la paica más ladina                                    c’est la môme la plus maline

que pisó el barrio del sur.                                       qu’au quartier sud on ait connue.

Y como caído del cielo                                           Alors le pèse de la haut

entra el níquel al bolsillo                                         dans ma poche tombe tout cuit

y al compás de un organillo                                    et sur un orgu’ de Barbarie

bailo el tango a su "salú".                                        à sa santé j’ dans’ le tango.      

 

Paroles et musique : Ángel Villoldo                       Traduction : Jacques Ancet

Cette traduction, qui peut se chanter sur la musique de Villoldo, a été proposée dans le contexte d'un petit exposé consacré aux "compadres" et "compadritos" en novembre 2009 à la MJC des Romains à Annecy .




[1] Porteños : nom des habitants de Buenos Aires

Une interprétation du "Porteñito" par D'Agostino et Angel Vargas (mais Angel Vargas y chante des paroles différentes de celles que nous publions qui sont celles de Villoldo, car il en va ainsi de la culture populaire : les variations musicales et parolières sont multiples)