Traduction de la Milonga Triste, 1936, paroles : Homero Manzi, musique : Sebastián Piana.



A la milonga du Scarabée le 29 mai 2010 organisée par Tango Velours, Jacques Ancet a brièvement présenté Homero Manzi, puis chanté sa traduction de la "Milonga Triste", avant d'en  proposer l'interprétation par le poète, chanteur et guitariste uruguayen Alfredo Zitarrosa. 

On peut entendre A. Zitarrosa sur le site "la caminata".


    Homero Manzi, malgré une courte vie de 44 ans (1907-1951) est l’un des plus importants paroliers-poètes du tango.
    L'expression "parolier-poète" est choisie à dessein ; car il n’est pas à proprement parler un poète : il ne crée pas un nouveau langage, il n’écrit ni ne publie aucun livre. Son mode d’expression exclusif est la chanson ; mais  il y manifeste une exigence, un sens de la métaphore et de l’image audacieuse qui le rendent proche du poète.
   Qui dit "chanson" dit "paroles et musique indissolublement liées". Homero Manzi a travaillé avec de grands compositeurs de Tango : par exemple avec Sebastián Piana il compose plusieurs milongas ("Milonga del novecientos", "Milonga Sentimental"), avec Pedro Maffia : « Malena », avec Lucio Demare : "Mañana zarpa un barco", avec Osvaldo Pugliese : "Recien" , avec Troilo : « Che bandoneón » et  « Sur ».
    Ce qui caractérise son œuvre, c’est la réhabilitation de la milonga qui est à l’origine du tango, et l'appartenance à la veine romantique qui marque le tango des années 40. La "Milonga Triste" est, de ce point de vue, emblématique : une milonga qui chante la douleur de la perte.

La traduction de J. A. peut être chantée sur la musique de Sebastián Piana. (Il faudrait que ce soit toujours ainsi, que l'on puisse, tout en restant au plus près des paroles originales, chanter la traduction d'un tango ou d'une milonga,  puisque, paroles et musique étant inséparables, les paroles isolées de leur musique perdent quelque peu de leur force ou de leur charme).
   
.

                                         MILONGA TRISTE

Llegabas por el sendero,                                    Sur le sentier, tu arrivais      
delantal y trenzas sueltas,                                   un tablier, des tresses brunes
brillaban tus ojos negros,                                     avec tes yeux noirs qui brillaient,
claridad de luna llena...                                        une clarté de pleine lune...

Mis labios te hicieron daño                                  Mes lèvres alors t’ont fait souffrir
al besar tu boca fresca.                                        d'un baiser sur ta bouche fraîche.
Castigo me dió tu mano,                                      Mais si ta main m'a su punir
pero más golpeó tu ausencia.                              c’est ton absence qui me blesse.

Ay...                                                                       Ah...

Volví por caminos blancos,                                   Par des chemins blancs je revins,,
volví sin poder llegar.                                            revins sans pouvoir arriver.
Triste con mi grito largo,                                       Triste de mon long cri sans fin,
canté sin saber cantar.                                         j’ai chanté sans savoir chanter.

Cerraste los ojos negros,                                     Tes deux yeux noirs se sont fermés,
se volvió tu cara blanca                                         et ta face est devenue blanche,
y llevaron tu silencio                                             lorsque les cloches ont sonné
al sonar de las campanas.                                    ils ont emporté ton silence.

La luna cayó en el agua,                                       La lune dans l’eau vint tomber,
el dolor golpeó mi pecho.                                       la douleur m'a frappé au coeur.
Con cuerdas de cien guitarras                                De cent guitares, j’ai tressé
me trencé remordimiento.                                      les cordes avec tout mon malheur.

Ay ...                                                                      Ah...

Volví por caminos viejos,                                        Par de vieux chemins je revins,
volví sin poder llegar.                                             revins sans pouvoir arriver.
Grité con tu nombre muerto                                    J’ai crié  ton nom mort au loin,
recé sin saber rezar.                                               j’ai prié sans savoir prier.

Tristeza de haber querido                                      Tristesse de t’avoir aimée
tu rubor en el sendero.                                           rougissante sur le chemin.
tristeza de los caminos                                            Tristesse de tous les sentiers
que después ya no te vieron.                                  où plus jamais tu ne revins.

Silencio en el camposanto,                                      Cimetière plein de silence,
soledad de las estrellas,                                          les étoiles, leur solitude
recuerdos que duelen tanto,                                     souvenirs et tant de souffrance,
delantal y trenzas negras                                         un t
ablier et deux tresses brunes.

Ay                                                                            Ah...

Volvi por caminos muertos,                                      Par des chemins morts je revins,
Volvi sin poder llegar.                                              revins sans pouvoir arriver.
Grité con tu nombre bueno,                                     J'ai crié ton doux nom lointain,
Lloré sin saber llorar                                                j'ai pleuré sans savoir pleurer.

Homero Manzi                                                          traduit par Jacques Ancet