MILONGA DE JACINTO CHICLANA

  Cette présentation a été faite par J.Ancet le 5 décembre à Bonneville pendant la milonga organisée par tango Velours.

  Le tango est l’épopée de l’Argentine. Dans la mythologie qui s’est ainsi construite, il existe une figure centrale : celle du compadre qu’on peut approximativement traduire par "l’homme fort", "le dur".
C’est souvent un gaucho converti à la vie de banlieue. C’est un personnage impressionnant par sa force et sa bravoure qui a mis l’honneur et le courage au centre de sa vie. Toujours vêtu de noir comme la mort qui l’accompagne, coiffé d’un chapeau à larges bords, il porte une écharpe blanche, un poignard à la ceinture, et sur l’épaule une peau de mouton qu’il enroule autour de son avant bras dans les nombreux combats qu’il est amené à livrer.
  Nous trouvons ce personnage au centre d’une rencontre : celle de deux monstres sacrés de la culture argentine : Jorge Luis Borges et Astor Piazzolla.
Borges, né en 1899 et mort en 1986, est le plus grand écrivain argentin et l’un des sommets de la littérature occidentale du XXè siècle. Il y a dans son œuvre fascinante où les récits et les contes se mêlent aux poèmes un petit livre intitulé "Pour les six cordes" (celles de la guitare) et composé de chansons ou milongas écrites autour de ce personnage mythique du compadre.
Astor Piazzolla (1921-1992) qui a profondément renouvelé le tango dans la seconde moitié du siècle a mis en musique certaines de ces milongas. Voici donc la « milonga de Jacinto Chiclana. (Traduction de J. Ancet)

      

       MILONGA DE JACINTO CHICLANA

Me acuerdo. Fue en Balvanera,                       Je me souviens, il y a longtemps,
En una noche lejana                                       Une nuit à Balvanera
Que alguien dejó  caer el nombre                    Que quelqu’un a lâché un nom :
De un tal Jacinto Chiclana.                             C’était Jacinto Chiclana.

Algo se dijo también                                       Il fut également question
De una esquina y de un cuchillo ;                     D’un coin de rue et d’un poignard ;
Los años nos dejan ver                                    Les lames croisées, leur éclat,
El entrevero y el brillo.                                    Les années nous les laissent voir.

Quién sabe por qué razón                                Qui peut savoir pourquoi ce nom
Me anda buscando ese nombre ;                       Ne cesse pas de me hanter;
Me gustaría saber                                             Moi j’aurais bien aimé connaître
Cómo habra sido aquel hombre.                       Cet homme et ce qu’il a été.

Alto lo veo y cabal,                                            D’un caractère mesuré
Con el alma comedida,                                       Je le vois grand et accompli,
Capaz de no alzar la voz                                     Et sans un mot plus haut que l’autre
Y de jugarse la vida                                            Capable de jouer sa vie.

Nadie con paso más firme                                    Personne qui d’un pas si ferme
Habrá pisado la tierra ;                                        Ait jamais marché sur la terre ;
Nadie habrá habido como él                                 Personne qui fut comme lui
En el amor y en la guerra.                                     Et dans l’amour et dans la guerre.

Sobre la huerta y el patio                                     Sur le jardin et sur la cour
Las torres de Balvanera                                       Sont les tours de Balvanera ;
Y aquella muerte casual                                      Á un coin de rue comme un autre
En una esquina cualquiera.                                  Le hasard de cette mort-là.

Sólo Dios puede saber                                         Il n’y a que Dieu pour savoir
La laya fiel de aquel hombre ;                               De quelle trempe était cet homme ;
Señores, yo estoy cantando                                  Messieurs, en ce moment je chante
Lo que se cifra en el nombre.                                Ce que dit le nom qui le nomme.

Siempre el coraje es mejor,                                   L’espérance n’est jamais vaine
La esperanza nunca es vana ;                               toujours est meilleur le courage;
Vaya pues esta milonga                                        Cette milonga que voilà
Para Jacinto Chiclana.                                          Est pour Jacinto Chiclana.

Voici l'interprétation du chanteur Edmundo Ribero : Edmundo Ribero (1911. 1986) chanteur, compositeur et guitariste, participant entre autres aux orchestres de J. De Caro, H. Salgan, et Troilo, a apporté au tango, usuellement chanté par des ténors ou barytons, une voix de basse magnifique.