Traduction des paroles d' Enrique Cadícamo, l'un des grands poètes du tango avec Homero Manzi, Homero Expósito et Enrique Discépolo. Sa longue vie (1900-1999) et son œuvre ont traversé le XXè siècle.

 



 

 

ANCLAO EN PARÍS                                              ÉCHOUÉ À PARIS

Tirao por la vida de errante bohemio                   Fatigué par ma vie de bohème et d’errant
estoy, Buenos Aires, anclao en París;                   me voilà, Buenos Aires, échoué à Paris ;
curtido de males, bandeado de apremios,             tanné par les malheurs, accablé de tourments
te evoco, desde este lejano país.                         je t’évoque depuis ce très lointain pays.

Contemplo la nieve que cae blandamente             Je contemple la neige qui tombe doucement
desde mi ventana, que da al bulevar.                    du haut de ma fenêtre ouverte au boulevard.
Las luces rojizas, con tonos murientes,                 Les lueurs rougeâtres avec leurs tons mourants
parecen pupilas de extraño mirar.                         ressemblent à des pupilles à l’étrange regard.

Lejano Buenos Aires! qué lindo has de estar!         Lointain Buenos Aires ! Tu dois être pas mal,
Ya van para diez años que me viste zarpar...          depuis près de dix ans qu’a eu lieu mon départ ! ...
Aquí, en este Montmartre, faubourg sentimental,    Là, dans ce Montmartre, faubourg sentimental,
yo siento que el recuerdo me clava su puñal.          je sens le souvenir me planter son poignard.

¡Cómo habrá cambiado tu calle Corrientes!...        Comme elle a dû changer cette rue Corrientes !...
¡Suipacha, Esmeralda, tu mismo arrabal!...            Suipacha, Esmeralda, même ton arrabal !...
Alguien me ha contado que estás floreciente          Quelqu’un m’a raconté que tu es florissant
y un juego de calles se da en diagonal...                et qu’un groupe de rues se croisent en diagonale.

¡No sabes las ganas que tengo de verte!                Sii tu savais l’envie que j’ai de te revoir
Àquí estoy parado, sin plata y sin fe...                   Je suis bloqué ici sans argent, sans espoir...
¡Quién sabe una noche me encane la muerte         Un jour, peut-être bien, la mort m’alpaguera
y... chau, Buenos Aires, no te vuelva a ver!            et ... tchao, Buenos Aires, je te reverrai pas.

Paroles : Enrique Cadícamo (1931)

Musique : Guillermo Desiderio Barbieri                 Traduction : Jacques Ancet


 

Sur le site "la caminata"  Anclao en Paris est chanté par Adriana Varela, chanteuse à la belle voix grave présente dans le film "Tango" de Carlos Saura.