La cumparsita, un tango charnière

La cumparsita, est sans doute le tango le plus célèbre du monde. C’est aussi un tango important dans l’histoire du tango parce qu’il est au confluent de multiples courants qui ont fait l’histoire du tango

1 — C’est un tango à la charnière entre le tango des origines et le tango postérieur aux années 20.

2 — C’est un tango charnière entre l’Urugay et l’Argentine

3 — C’est un tango charnière entre tango joué par des instruments et tango chanté sentimental.

 

1 — Une charnière entre le tango des origines et le tango postérieur aux années 20.

Pour ce qui est du tango des origines, qui apparaît dans les années 1880 on trouve, au point de départ  la milonga  (pluriel du terme mulunga en langue quimbunda, qui signifie « parole »). C’est la musique des payadores chanteurs d’improvisation ambulants. Ce sont des gauchos qui, de la campagne, l’amènent de village en village jusqu’aux faubourgs de la ville, sous forme de joutes vocales et musicales. C’est une musique gaie qui devient vite une musique des faubourgs, qu’on danse entre hommes et qui finit par signifier « danse » et lieu où l’on danse. D’où le même mot pour désigner une forme de danse et un bal tango. Quant au « milonguero », c’est le bon danseur.

           A la milonga s’ajoutent d’autres genres musicaux : la habanera rythme issu des danses et contredanses européennes, passé par la Havane, puis redescendu vers le sud.

           Le tango andalou amené par les compagnies théâtrales espagnoles de zarzuelas (espèces d’opérette ou opéra comique espagnol).

           Le candombe noir venu des esclaves d’Afrique (D’où le mépris et l’opposition de la bourgeoisie à cette danse nègre indécente et scandaleuse)

           Le tango est un melting pot où se mélangent de nombreuses cultures : espagnole, italienne, tzigane et même viennoise, avec cet instrument fétiche qu’est le bandonéon, le fueye (prononciation argentine du mot espagnol fuelle : soufflet). Avec ses possibilités qui lui permettent de combiner rythme et mélodie et de produire des sons très graves (avec ses 33 touches droites) et très aigües (avec ses 38 touches gauches), le bandonéon va remplacer le piano, trop lourd à transporter. Des compositeurs comme Eduardo Arolas et Vicente Greco vont l’intégrer à leurs orchestres « typiques ( avec guitare, flûte et violon), à leurs compositions et en jouer. La Cumparsita est une pièce exemplaire du rôle du bandonéon avec sa descente la sol fa mi la.

          Donc, le tango des origines est gai et vigoureux : il évoque le monde des déclassés et des petites gouapes de faubourgs qu’on appelle les compadritos. Il se danse dans les bordels et dans la rue, avec de petits orchestres les cumparsas. D’où le titre La cumparsita, « la petite fanfare ».

 

2 — Une charnière entre Urugay et Argentine.

        L'Urugay et l’Argentine se disputent la paternité du tango, chacun des deux pays le revendique comme sien.

           Or la cumparsita a été composée par l’Urugayen Gerardo Mattos Rodriguez, dans le style, justement, de ces tangos de la vieille garde dont il fait partie par son côté rythmique et entraînant. Il fut joué pour la première fois par le grand compositeur et chef d’orchestre Roberto Firpo autour de 1916, et connut tout de suite un grand succès. Plus tard, en 1924, alors qu’on l’avait un peu oublié, les Argentins Pascual Contursi et Enrique Maroni, sans en demander l’autorisation au compositeur, écrivirent des paroles, modifièrent la musique et lui donnèrent un nouveau titre : « Si supieras » (« si tu savais » qu'on trouvera traduites ci-dessous). Ce qui fut la raison d'un procès avec Matos Rodíguez qui, ne voulant pas être en reste composa lui aussi un nouveau texte, en 1926, largement inférieur, par son ton ampoulé et mélodramatique, aux paroles de Contursi. Ce dernier, en effet, avec ses paroles et sa nouvelle adaptation fit de ce tango autre chose que ce qu’il était jusqu’alors et lui redonna une nouvelle vie à travers les interprétations de Carlos Gardel, lui attirant un regain d’intérêt qui ne devait plus se démentir par la suite.

 

3 — Une charnière entre tango joué par les seuls instruments et tango chanté sentimental.

          Cette autre chose que créent les paroles de Pascual Contursi c’est un autre univers : celui de cette sentimentalité teintée de nostalgie et de tristesse qui fera dire du tango qu’il est « une pensée triste qui se danse ». C’est donc avec lui — et déjà un peu avant, dans les années 15 avec Gardel — que naît le tango chanté sentimental qui coupe radicalement avec le tango des origines.


 

   

                  

                    LA CUMPARSITA[1]

SI SUPIERAS...                                   SI TU SAVAIS...

Si supieras                                                         Si tu savais

que aún dentro de mi alma                                que toujours dans mon âme

Conservo aquel cariño                                        je garde cet amour

que tuve para ti                                                   que j’ai connu pour toi.

Quien sabe si supieras                                       Qui sait si tu savais

Que nunca te he olvidado                                   que je ne t’ai pas oubliée

Volviendo a tu pasado                                         revoyant le passé

Te acordaras de mí.                                             tu te rappellerais.

 

Los amigos ya no vienen                                     Plus aucun ami ne vient

 

Ni siquiera a visitarme                                          même chez moi me saluer

Nadie quiere consolarme                                     nul ne peut plus me consoler

En mi aflicción.                                                     dans mon chagrin

Desde el día que te fuiste                                     Du jour où tu m’as quitté

Siento angustias en mi pecho,                              j'ai senti en moi la douleur

Decí percanta: ¿Qué has hecho                            j’ai dit "petite, qu’as-tu fait

De mi pobre corazón?                                            de mon pauvre et triste cœur?"

 

Al cuartito abandonado.                                           Dans la piaule abandonnée

Ya ni el sol de la mañana                                         le soleil ne vient plus paraître

Asoma por la ventana,                                             chaque matin à la fenêtre

Como cuando estabas vos                                       comme du temps où tu m’aimais

Y aquel perrito compañero.                                       et ce petit chien, mon ami,

Que por tu ausencia no comía                                  qui toi partie ne mangeait pas

Al verme solo, el otro día                                           me voyant seul une autre fois

También me dejó.                                                       m’a laissé lui aussi.


Si supieras ... Si tu savais...


 traduction : Jacques Ancet

(cette lecture a été proposée lors d'un atelier "tango" au Forum des Romains à Annecy en octobre 2009)


Les interprétations de la "cumparsita" sont innombrables ; tout autant les manières de la danser : voici celle des danseurs Eduardo Capussi et Mariana Flores devenue un classique pour sa virtuosité et son humour, et qui doit plaire particulièrement aux amateurs de vampires :