MILONGA DEL SOLITARIO

 

    La "milonga du solitaire" a été composée par Atahualpa Yupanqui (1908-1992), qui est sans doute le plus grand poète-chanteur argentin du siècle passé. Né à Pergamino dans la région de Buenos Aires, d'un père d'ascendance quechua et d'une mère d'origine basque, Ernesto Roberto Chavero a, dès l'adolescence, choisi son pseudonyme, formé d'Atahualpa, le dernier empereur inca, assassiné par les conquistadores, et de Yupanqui, "le Grand Méritant", chef suprême des indiens quechuas. On trouvera ici une traduction de cette chanson qui tente d'en restituer la saveur populaire et savante à la fois, tant du point de vue de la métrique que de la rime toutes deux essentielles dans ce genre de compositions.



Me gusta de vez en cuando                        De temps en temps j’aime bien être

perderme en un bordoneo,                         perdu dans un fredonnement

porque bordoneando veo                           car je vois bien qu’en fredonnant

que ni yo mismo me mando.                      je ne suis pas même mon maître.

Las cuerdas van ordenando                        Les six cordes en la pensée mettent

los rumbos del pensamiento,                     de l’ordre et un cheminement

y en el trotecito lento                                et dans le lent trottinement

de una milonga campera                           d’une milonga populaire

va saliendo campo afuera,                         peu à peu s’envole dans l’air

lo mejor del sentimiento.                           tout le meilleur du sentiment.

 

               *


Ninguno debe pensar                                Que personne n’aille penser

que vengo en son de revancha,                  que je viens chercher ma revanche,

no es mi culpa si en la cancha                    qu’est-c’ que j’y peux si dans le ranch

tengo con qué galopear.                            j’ai ce qu’il faut pour galoper.

El que me quiera ganar,                            Un qui voudra m’en remontrer

ha ‘i tener buen parejero,                          un bon cheval devra monter,

yo me quitaré el sombrero,                        du chapeau je le saluerai,

porque así me han enseña’o,                     c’est ainsi qu’on me l’a appris,

y me doy por bien paga’o                          et pour moi cela me suffit

dentrando atrás del primero.                     de passer après le premier.

                

                   *


Siempre bajito he canta’o                          Tout bas moi j’ai toujours chanté,

porque gritando no me hallo                       si je crie j’oublie qui je suis

— grito al montar a caballo                         —quand je monte à cheval je crie

si en la caña me he bandea’o —                  si dans l’alcool me suis noyé —

pero tratando un versea’o                          mais si j’essaye de chanter

a’nde se canten quebrantos,                       des vers pour dire mes tourments,

apenas mi voz levanto                                à peine si ma voix s’entend

para cantar despacito,                                lorsque je me mets à chanter,

que el que se larga a los gritos                    qui dans les cris se laisse aller

no escucha su propio canto                         n’écoute pas son propre chant.

                  *


Si la muerte traicionera                              Et si la mort cette traîtresse

me acogota a su palenque,                         à son poteau vient m’étrangler,

háganme con dos rebenques                       avec deux fouets que l’on me dresse

la cruz pa’ mi cabecera;                             une croix pour me reposer ;

si muero en mi madriguera                         si dans mon trou la mort me laisse

mirando los horizontes,                              à regarder les horizons,

no quiero cruces ni aprontes,                      je ne veux croix ni oraisons,

ni encargos para el Eterno,                         ni l’Eternel ni ses affaires,

tal vez pasando el invierno                         peut-être que passé l’hiver

me dé sus flores el monte.                         les fleurs sur moi refleuriront.

                

                   *

Toda la noche he cantado                          La nuit entière j’ai chanté

con el alma estremecida,                           avec l’âme toute tremblante

que el canto es la abierta herida                 une plaie s’ouvre quand on chante

de un sentimiento sagrado,                        la plaie d’un sentiment sacré,

a naides tengo a mi lado                            je n’ai personne à mes côtés

porque no buscó piedad,                            car de pitié je n’ai que faire,

desprecio la caridad                                   la charité je n’aime guère,

por la vergüenza que encierra;                    c’est la honte qui l’accompagne :

soy como el león de las sierras,                   je suis comme un lion des montagnes,

vivo y muero en soledad.                            je vis et je meurs solitaire.

                                                                Traduction Jacques Ancet




Ecouter sur le site "la caminata" l'interprétation d'Alfredo Zitarrosa, remarquable chanteur et guitariste Uruguayen.