Vient de paraître en DVD le joli film de Caroline Neal : Una historia de tango ( si sos brujo).
Caroline Neal, comme l'avait fait Wim Wenders pour les vieux musiciens de son et salsa à Cuba, filme les retrouvailles avec de vieux maestros du tango témoins et acteurs de l'âge d'or du tango. Il y a en Argentine risque de rupture dans la transmission de la tradition musicale du tango. Les dictatures depuis les années 60 n'ont pas été favorables au tango, ni les media qui diffusent surtout du rock. Dans les années 40,50, quand fleurissaient partout les orchestres de tango, un jeune musicien pouvait se former à l'intérieur de l'orchestre en jouant avec les anciens ; aujourd'hui, restent les enregistrements et les partitions, mais on ne peut pas savoir seulement en écoutant comment s'y prendre pour produire telle particularité du son ; les notations écrites ne peuvent pas non plus donner toutes les indications nécessaires. Rien n'égale le contact direct avec un maestro. Le film met en scène la démarche d'un jeune contre-bassiste : construire un orchestre-école où jeunes et vieux travaillent ensemble. Il commence par aller à la rencontre d'Emilio Balcarce, célèbre violoniste et bandonéoniste, qui a quasiment pris sa retraite et qui accepte de relever le défi.

(L.Ancet)